Les commencements

stockvault-ink-texture-background176234

Une nouvelle année commence. Encore une fois. Une journée entière à entendre les « new year, new me« . J’ai passé une grande partie de la mienne au fond de mon lit, à récupérer de la soirée de la veille. Non pas qu’elle ait été décadente.

A la suite d’une soirée passée au pub, nous avons terminé chez des amis, perdus du côté d’Ealing Broadway. Alors qu’une de mes amies demandait à Alexa – mais qui était Alexa ? – de passer du Muse, je me suis décidée à me mettre en route. A chaque station qui nous rapprochait du centre, le métro se remplissait petit à petit.  Après plus d’une heure de trajet, j’étais enfin chez moi; il était 6h.

Ce soir, alors, puisque j’étais partie à ce moment, j’écoute à nouveau un peu de Muse : The Resistance et The 2nd Law, leur cinquième et sixième albums. En ce Nouvel An, je suis replongée quelques années en arrière. Je regarde alors les quelques années qui se sont écoulées, un peu nostalgique, un peu triste à la fois. Des tas de choses se sont déroulées ces deux dernières années : je suis partie à l’étranger, j’ai eu mon premier travail, je suis rentrée, je me suis séparée, je suis repartie, j’ai rencontré des tas de personnes, j’ai commencé pleins de projets et en ai abandonné la plupart.

J’ai commencé ma vie d’adulte en continuant à rêver. Cette année encore, je ne prendrai pas de résolution, puisque je ne les tiens jamais. Je regarderai parfois derrière moi comme ce soir, rarement devant; je continuerai mon petit bonhomme de chemin tout en sachant que chaque jour est un nouveau jour. Car ainsi, j’aurais le plaisir de vivre un commencement chaque jour qui passe.

Les commencements ont des charmes inexprimables.

Molière